Property Management

Thumbnail
01 70 82 23 44
Thumbnail 01 70 82 23 44
Thumbnail
NOUS CONTACTER
Nous contacter
  • -
  • M.
  • Mme
Protection des données personnelles
  • -
  • Entreprise locataire
  • Investisseur corporate
  • Investisseur particulier
  • Prescripteur
  • Promoteur
  • Secteur public
Votre demande concerne :
Actifs
Gérer vos actifs
Assurer le bien-être des occupants
Accompagner votre projet immobilier
S'adapter à la nouvelle organisation de l'espace de travail
Optimiser la performance environnementale
Evaluer la performance globale de vos actifs

Workplace : la fin du bureau ?

L’entreprise traditionnelle, au management pyramidal, aux collaborateurs sédentaires et à l’aménagement cloisonné, disparait au profit d’une entreprise de travail collaboratif, aux salariés mobiles et à l’aménagement ouvert et flexible. Les jeunes générations sont à la recherche d’un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle, tandis que le développement des nouvelles technologies permet aux collaborateurs de travailler d’où ils le veulent et quand ils le veulent. La structure complète des entreprises est en mutation ; elle devient plus agile, plus étendue sur l’ensemble des territoires, plus ouverte aux compétences de nouveaux acteurs : elle devient hybride.
Sharing
Tools

Le nomadisme, nouvelle vision de l’entreprise libérée

Jean Claude TanguyLe desk sharing, le télétravail et les nouvelles technologies rendent le collaborateur de plus en plus nomade. Il est libre de travailler dans n’importe quel espace de l’entreprise, et même en dehors : à son domicile, dans les espaces de coworking, ou encore dans des tiers-lieux non professionnels comme les cafés Wi-Fi et les business lounges de gares et aéroports.

L’entreprise « libérée » a compris que laisser de la liberté et de l’autonomie aux collaborateurs leur apporterait une marque de confiance et une plus grande satisfaction au travail. L’idée repose sur le fait que les salariés sont souvent les mieux placés pour savoir ce qu’il faut changer en interne afin de permettre à l’entreprise de se développer. Venir au bureau peut même devenir une contrainte pour certains collaborateurs : temps de trajet long, problèmes de transports, nuisance sonore… Une étude de Polycom affirme qu’en 2022, 60% des salariés travailleront régulièrement de chez eux, évitant ainsi l’aliénant « métro-boulotdodo » quotidien.

Le nomadisme généralisé permet aussi à l’entreprise de proposer des postes en Flex Office, aussi appelés « bureaux par fonction », des postes de travail non attribués et spécialisés, permettant une rationalisation des coûts de l’immobilier ; les mètres carrés ainsi libérés pouvant être dédiés à davantage d’espaces collaboratifs.

Le siège social comme pilier de l’attractivité de l’entreprise

Les nouvelles technologies et la diversification des lieux où se pratiquent le travail sonnent-elles pour autant le glas du bureau ? Pas si sûr. L’entreprise s’est dématérialisée sous l’impulsion de la révolution digitale et de la généralisation des outils nomades, mais paradoxalement, le « bureau » reste l’un des principaux piliers de l’image véhiculée par la société et de la cohésion interne.

En effet, car si le salarié peut travailler de partout, si les entreprises s’éloignent des centres villes, si les bureaux ne sont plus attitrés, si les jeunes générations sont moins attachées à passer toute leur carrière dans la même entreprise, le siège social se doit d’être particulièrement attractif.

Le siège social est le point central de rencontre entre les clients, les collaborateurs, l’entreprise et son écosystème. Il doit favoriser les échanges, les réunions conviviales, les coopérations et collaborations en interne et avec l’externe. Le siège est l’endroit qui regroupe et fait se rencontrer la plupart des parties prenantes (clients, fournisseurs, collaborateurs, etc.) de l’entreprise, toutes les générations, les cultures, les compétences. En incarnant les valeurs de l’entreprise, en se faisant la vitrine de ses produits et en illustrant son dynamisme, le siège social peut communiquer efficacement sur l’entreprise et contribuer ainsi à son image et à son attractivité.

L’enjeu : donner envie aux collaborateurs de revenir au bureau

Pour ne pas perdre la culture et l’esprit d’entreprise, il faut donner envie aux collaborateurs de revenir au bureau. Pour cela, la notion de bien être des salariés doit se replacer dans le cadre de la compétition à laquelle se livrent les entreprises pour attirer et retenir les talents. Car pour séduire et recruter les meilleurs profils, tout ne se joue pas uniquement sur le salaire. Ainsi, un nombre croissant d’entreprises font de leur projet immobilier un véritable projet d’entreprise avec une démarche participative des collaborateurs qui deviennent acteurs de leur environnement, et voient dans la conception et l’aménagement de leurs espaces de travail un outil stratégique et managérial qui va bien au-delà de dimensions spatiales.

Désormais, le monde de l’entreprise assume des tâches jusque-là prises en charge dans la sphère privée des collaborateurs : passer au pressing ou au bureau de poste, réserver ses vacances, déposer le petit dernier à la crèche d’entreprise et aller chez le coiffeur… Ces différents services participent à la qualité de vie des collaborateurs, pour qui le clivage vie perso / vie pro tend à s’effacer, et influent sur leur fidélité envers l’entreprise. Cette nouvelle donne impacte directement les environnements de travails, qui doivent être de plus en plus flexibles pour répondre aux activités successives des collaborateurs.

Alors, la fin du bureau ?

L’entreprise est passée d’un management hiérarchique et de contrôle hérité du taylorisme et d’un modelé militaire obsolète, à un management de confiance où la hiérarchie est horizontale et où les services et autres départements ont tendance à disparaitre. Le salarié n’est plus évalué en fonction de son présentéisme dans l’entreprise, mais challengé sur des objectifs à atteindre.

Désormais, travailler, c’est aussi y trouver du plaisir. Le smart office est à mille lieues du travail souffrance. Le bureau deviendrait le support de l’accomplissement personnel, le garant du bon équilibre entre les temps de vie. Des directeurs du bonheur, arrivent dans les entreprises, remplaçant certains DRH ou DET, preuve de cette porosité de plus en plus importante entre vie privée et vie professionnelle. Alors, la fin du bureau ? Non, le bureau est partout et nulle part à la fois, le bureau est liquide et multiforme. Le bureau n’est pas mort !

Télécharger le communiqué de presse
Tribune libre - Workplace : la fin du bureau ?
PDF - 249Ko

Vous aimerez aussi...

  • Workplace

    L’utilisateur au centre du responsive building

    L’ère digitale va-t-elle changer la face du travail et impulser des mutations de même ampleur que…

    Lire la suite
  • Workplace

    Les nouveaux mondes du travail

    Un pluriel pour réaffirmer une évidence : il n’y a plus UN monde du travail, mais une galaxie d…

    Lire la suite
  • Workplace

    L'immeuble serviciel

    Des services qui permettent d’optimiser l’utilisation du bâtiment et d’améliorer le confort des…

    Lire la suite
Voir toutes nos actualités